Dry January, un défi à relever ensemble

Dry January, un défi à relever ensemble

Pour la nouvelle édition 2022, une quarantaine d’associations, fédérations, sociétés savantes et groupements de personnes se sont réunies pour relever le défi de janvier. Ils sont en partenariat avec l’organisme qui fut à l’origine du concept Dry January, c’est-à-dire Alcohol Change UK et ils interviennent dans le champ des solidarités ainsi que dans la promotion de la santé.
Vu que la pandémie est toujours présente, ils reconnaissent qu’il est vraiment important de se mobiliser tous ensemble pour relever un défi favorable à la santé. De plus, les restrictions ont été allégées et les occasions de se retrouver et de boire de l’alcool se multiplient.

Pourquoi encourager le défi de janvier ?

Même si le Dry January ne bénéficie pas encore d’un soutien de l’Etat, les associations d’entraide alcool, les professionnels de la prise en charge des addictions, les sociétés savantes ainsi que des groupements de patients, de villes et d’acteurs mutualistes ont décidé d’intervenir pour encourager les Français à relever le défi.
L’alcool constitue effectivement la deuxième cause de mortalité dans le pays et la plupart des victimes sont des hommes. Il est vrai qu’on a constaté une baisse de la consommation au cours de ces cinquante dernières années, mais ce n’est pas du tout suffisant.

Quels sont les avantages du Dry January pour les participants ?

Grâce au Dry January, les participants, notamment les buveurs excessifs et les véritables alcooliques pourront faire une pause d’alcool pendant 31 jours pour donner du répit à leur corps et à leur porte-monnaie. Ils auront le temps et l’occasion de faire le point sur la place qu’occupe l’alcool dans leur quotidien et dans leur vie.
Ils vont également reconnaître les bienfaits de l’abstinence momentanée d’alcool sur leur santé, ne citant que : un regain d’énergie, une meilleure concentration, un meilleur sommeil, une perte de poids. S’ils arrivent à mi-chemin ou jusqu’au bout, ils pourront aussi profiter d’une consommation d’alcool mieux maîtrisée. Et il se peut même qu’ils n’aient plus du tout envie de toucher à l’alcool. La fête peut être belle sans alcool, de nouvelles de vins sans alcool peuvent aussi faire l’illusion tout en respectant le principe du Dry January.

Conclusion

En outre, la nouvelle édition 2022 du Dry January s’annonce particulière dans le contexte de la crise pandémique. En réagissant ensemble, il serait plus facile de réduire de nombreuses occasions de boire de l’alcool et d’aider tous les participants à vraiment passer un mois sans alcool.
À l’heure où l’on parle, il est encore possible de rejoindre les associations et fédérations pour renforcer l’équipe ainsi que la campagne. Donc, n’hésitez pas à aller sur @fr_dry sur Twitter, DryJanuaryFR sur Facebook ou encore sur le site www.dryjanuary.fr.

Leave a Comment

Your email address will not be published.