La protection du travailleur isolé en entreprise

La protection du travailleur isolé en entreprise

Chaque entreprise compte des travailleurs qui travaillent seuls. On les appelle généralement des « travailleurs isolés » et ils représentent environ 25 % de la main-d’œuvre. Ces travailleurs isolés sont non seulement plus vulnérables aux dangers de l’environnement de travail, mais ils sont également confrontés à des défis uniques en matière de santé mentale. Pour ceux qui travaillent dans les forces de l’ordre, la lutte contre les incendies ou le service militaire, le travail solitaire fait partie intégrante du travail et ne peut être évité. Toutefois, les dangers peuvent être atténués par une formation et une préparation adéquates.

Définition du travailleur isolé

Un travailleur est dit isolé lorsqu’il se trouve hors de vue ou hors de portée d’autres personnes. Un isolement peut être d’ordre ponctuel ou prolongé. Généralement, les chauffeurs, les agents de manutention, les agents de sécurité sont considérés comme des travailleurs isolés.
Un travailleur isolé fait partie des employés de l’entreprise. En tant que tel, il dispose des mêmes droits que le reste des travailleurs. Toutefois, à cause des risques et des difficultés qu’il peut rencontrer lors de la réalisation de son travail, le travail isolé est régi par une réglementation propre à elle.

La réglementation du travailleur isolé

Selon, l’article R 252 du code de travail, « tout salarié doit faire l’objet d’une surveillance directe ou indirecte de jour et de nuit ». De ce fait, l’employeur à l’obligation de mettre en place des moyens de surveillance pour la sécurité de ses employées.
L’article L 230-2 du code de travail stipule que « le chef d’établissement prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs de l’établissement ». Et l’article R4543-19 du code de travail nous informe qu’« un travailleur isolé doit pouvoir signaler toute situation de détresse et être secouru dans les meilleurs délais ».
Au vu de ses règlements, l’employeur est donc tenu de fournir tous les équipements nécessaires pour assurer la sécurité physique et mentale de ses travailleurs. Il doit alors mettre en place des systèmes de sécurité, des équipements de protection (PTI) et des mesures de prévention pour la sécurité de ses employés. Cela peut être la mise en place de détecteur de chute, le port d’un brassard DATI ou d’un porte-badge sécurité

Une formation adéquate pour tous les travailleurs

Selon le code de travail, article L 4154-4 à 6, tous les chefs d’entreprises sont tenus, en matière de sécurité, d’organiser et de fournir une formation adéquate et pratique pour les personnels qu’ils embauchent. De plus, selon le référentiel ASPAD R6, une formation pour la prévention et la lutte contre les incendies est obligatoire pour les équipiers de première intervention.
La formation sécurité apprend aux employés comment réagir dans n’importe quel scénario, dans le but de réduire le nombre d’accidents du travail. Ce type de formation comprend également ce qu’il faut faire en cas d’urgence, comment appeler à l’aide et l’utilisation correcte des équipements de protection individuelle.

Leave a Comment

Your email address will not be published.