Travail du cuir et chaussure artisanale

camarguais à cheval

Chaussures fabriquées en Camargue, bottes camarguaises et bottes gardianes : travail du cuir, chaussure artisanale

Toutes les personnes passionnées de mode connaissent les bottes camarguaises ou bottes gardianes. En effet, il s’agit de chaussures mythiques qui sont fabriquées en Camargue et qui étaient initialement destinées aux cow-boys camarguais chargés de surveiller les taureaux et les troupeaux de chevaux de plein-air.

Ces bottes sont très confortables, souples et durables et dotées de trois épaisseurs de semelles empilées et cousues qui sont maintenues par des clous.

Les particularités des bottes gardianes

Les bottes camarguaises sont conçues par une entreprise familiale et artisanale  « La Botte Gardianne ». Celle-ci existe depuis 1958 et a comme principaux produits : les bottes camarguaises, les bottines et les nu-pieds. C’est donc les membres d’une petite famille qui collaborent ensemble pour fabriquer les bottes et aussi pour gérer les boutiques qui sont en France. A noter que toutes les bottes camarguaises sont des chaussures en cuir faites à la main.

Par ailleurs, le label EPV, ou label Entreprise du Patrimoine Vivant, que l’entreprise La Botte Gardiane a obtenu en 2007 classe celle-ci parmi les meilleures entreprises, car elle met en œuvre un savoir-faire traditionnel et une haute technicité et qu’elle est profondément enracinée en Camargue. Pour information. Une entreprise peut recevoir ce label parce qu’elle détient un patrimoine économique spécifique comme un patrimoine issu de l’expérience manufacturière ou encore d’un réseau de clientèle rare.

Comment se fabrique une botte camarguaise ?

La fabrication d’une botte camarguaise prend environ trois semaines et une vingtaine d’ouvriers interviennent pour assurer les différentes étapes. Tout commence par le découpage du gabarit. Ensuite, l’artisan utilise un pistolet pour coller la doublure et il arrondit le tout à l’aide d’un pressage à chaud.
L’étape suivante consiste à coudre la boucle de la chaussure ainsi que la partie qui couvre l’avant du pied. Puis, l’artisan doit s’occuper du zip pour finir la tige et la partie supérieure de la chaussure. Pour continuer, celui-ci doit fixer les flancs de la chaussure et doit ajuster leur forme à celle du pied en accomplissant du fraisage. Après, il faut qu’il ajoute des clous aux deux semelles appelées intercalaire et premier montage.
Et enfin ils restent  la pose du talon et les finitions, c’est-à-dire le polissage de la semelle, le vernissage de celle-ci au rouleau puis au pinceau, et enfin la brûlure des fils de couture au chalumeau

Cet article a été écrit le

Leave a Comment

Your email address will not be published.